Comment gérer une blessure ?

En 2014, j’ai été contrainte d’arrêter la course à pied pendant plusieurs mois. C’est bien la 1ère fois que je suis obligée de ne plus faire de sport en 15 ans de pratique.
Il m’est arrivé plusieurs fois de laisser mes baskets au placard pendant quelques semaines, mais toujours de manière volontaire. La flemme, le manque d’envie, les études, le simple besoin de faire une coupure… Mais il n’y a rien de plus frustrant, de rageant même, que ne pas avoir le choix.

 
Verdict docteur ?
Pour ceux qui me lisent régulièrement, j’avais déjà évoqué ma blessure de l’année dernière ici. En pleine préparation pour le Marathon 2014 après une sortie longue d’1H20, 1h30 à peine, je commence à ressentir une douleur au genou gauche : sur le coin supérieur droit de la patella (ou rotule) plus exactement. Puis ça passe, et ça revient après des entraînements plus ou moins longs, plus ou moins intenses. Le doute s’installe mais n’ayant jamais eu auparavant d’incidents de parcours (je touche du bois), je me refuse de penser à une quelconque blessure. Surtout à 2 mois du marathon!
Je consulte un ostéopathe spécialisé dans le sport qui évoque ma façon de courir. Après une bonne remise en place de mon squelette, rien n’y fait, ça revient. Je consulte un médecin, qui lui évoquera mes chaussures : défaut de fabrication!! Ca arrive! Mouais… Rebelote, la douleur refait surface. Quelques semaines passent et je finis par aller voir un médecin du sport recommandé par un ami médecin : il met en avant l’échauffement trop important de mon cartilage ce qui entraînerait un frottement sur ma rotule… Et là le verdict tombe : REPOS, arrêt la course à pied quelques temps. Nous sommes à quelques jours du semi-marathon et à un peu moins de 6 semaines du marathon….
Et là c’est dur! Dur parce qu’on m’impose l’arrêt de la course (pour mon propre bien, je l’entends) mais aussi parce que ce marathon, c’était un objectif collectif qu’on s’était fixé à 3. Ce « quelque temps » devra durer au moins 3 mois… On ne dirait pas comme ça mais 3 mois c’est très long sans faire de sport! Heureusement, j’avais droit à la natation (OUF!) et au vélo (si je ne ressentais pas la douleur durant la pratique). J’ai pris mon mal en patience…

blessure

 
La période d’arrêt!
Frustrante! Ca l’a été pour moi, vraiment. Toute 1ère fois dans mon parcours de sportive, mais difficile à encaisser. Tout se joue au mental. Ne pas abandonner, ne pas mettre de côté les autres disciplines sportives, ne pas oublier que ce n’est que pour mieux recommencer derrière, et éviter une blessure bien plus grave.
Une période difficile mais nécessaire.
Pour ne pas reprendre complètement à zéro après l’arrêt, il est important de continuer l’exercice physique, mais autrement. Le yoga, le vélo ou encore la natation – sport le moins traumatisant – est un excellent moyen de continuer à faire du sport, tout en protégeant ses articulations des chocs entraînés par la course. Evidemment, si vous vous êtes cassé une jambe et qu’elle est dans le plâtre, ce ne sera pas possible. Je parle ici de blessure musculaire, tendineuse, ou articulaire.
Après certains choisiront une coupure totale… Chacun est libre de vivre son arrêt (forcé) comme bon lui semble. L’important est de garder cet équilibre imposé par la pratique du sport, et surtout ne pas perdre le moral.

 
Comment reprendre ?
• Petit à petit…
Après 2mois et demi (oui j’ai craqué avant), j’ai ressorti les baskets. J’avais déjà fait l’acquisition d’une nouvelle paire de chaussures, gentiment conseillée par un vendeur d’un magasin spécialisé dans le running. Première sortie : 6km… Pas de douleur après! Ni pendant. L’important est de ne pas forcer. Une reprise en douceur est indispensable, voire primordiale. Il faut réapprendre à notre corps, à nos muscles, à nos articulations comment faire. Si la douleur, ou une autre douleur était arrivée avant la fin des 6kms j’aurais arrêté avant! Ne rien brusquer…
• Faire du renforcement musculaire.
Après un arrêt prolongé, nos muscles sont beaucoup moins sollicités. Il est donc conseillé de les faire travailler autrement (abdos, gainage) pour les renforcer et leur redonner la force qu’ils avaient avant. Encore une fois, le travail en douceur est de mise.
• Écouter son corps
Je n’ai jamais forcé pendant ma remise en forme, j’ai couru en écoutant mon corps, en faisant attention (limite trop) à la moindre petite douleur. Je ne courais jamais plus de 8/9 km, je n’ai pas fait d’exercices de fractionné pendant plusieurs semaines, et je ne courais pas non plus tous les 2 jours. J’ai voulu retrouver mes sensations, retrouver mon souffle, retrouver mon corps tel que je l’avais laissé (ou presque) quelques mois plus tôt.

La natation, un sport complet à pratiquer en cas de blessure. Mais pas que!!!
La natation, un sport complet à pratiquer en cas de blessure. Mais pas que!!!

 
Et là c’est le drame!
Après un été calme, avec une reprise partielle de l’entraînement, j’ai enchainé 2 courses à la rentrée. Pas au top de ma forme, mais suffisamment entraînée pour aller au bout, j’ai pris le départ de la célèbre grande classique « Paris-Versailles » et du Semi-Marathon de Vincennes. Les kilomètres se sont accumulés, et je me suis retrouvée à la fin du semi-marathon avec cette douleur au genou gauche… La même qu’il y a 6mois. Et la c’est un peu le drame…
Oui et non! Car je me suis dit que l’arrêt de la course à pied n’avait pas suffi mais peut-être que ça ne venait pas uniquement de mon cartilage trop sollicité. Après avoir été conseillée par des amis, et avoir eu une ordonnance pour, j’ai pris RDV chez un podologue…
Le diagnostic a été (très) rapidement établi : pieds plats (toujours sympa d’apprendre ça à 28ans!), jambes arquées par 6ans de danse classique et un mouvement pronateur qui fait toucher ma patella avec mon fémur. Ah bah effectivement, c’est normal! Je suis donc repartie soulagée! Soulagée d’avoir enfin une réelle explication et soulagée d’avoir un traitement pour corriger ces problèmes posturaux.

 
Mes nouvelles meilleures amies.
Après quelques jours, j’ai rencontré mes nouvelles copines : mes semelles. Je les aime et je ne les quitte plus. Elles m’accompagnent partout où je cours. Au départ, il faut s’habituer au port des semelles. Vous pouvez ressentir des échauffements voire avoir des ampoules, c’est pour cela qu’il faut y aller progressivement et habituer nos pieds, notre corps à ces nouveaux appuis.
Aujourd’hui tout va mieux, je n’ai plus jamais ressenti la douleur sauf récemment, sur les derniers kms du marathon… Mais contrairement aux fois précédentes, la douleur ne s’est pas prolongée dans les jours qui ont suivi la course. Je suis donc rassurée de pouvoir recourir sans avoir peur de la blessure, du moins de cette blessure.

Je trouve qu’on sous-estime la nécessité de porter des semelles pour nous, coureurs assidus. Et je me rends compte que beaucoup en portent autour de moi. N’hésitez pas à prendre rdv, peut-être que vous n’en avez pas besoin, ou du moins pas pour l’instant.
Sachez également que la durée de vie d’une paire de semelles pour le running est d’environ 1 an. Il est conseillé des les renouveler régulièrement avant qu’elles ne deviennent « inaptes » ce qui pourrait favoriser l’apparition d’autres douleurs, voire de blessures. Ces semelles sont remboursées par la sécurité sociale si vous avez une prescription du médecin. Le port de semelles prévient d’éventuelles blessures et vous apportera un meilleur placement de vos pieds et une meilleure posture dans votre course!

L’accessoire qui saura faire plaisir à vos baskets!

Mes semelles orthopédiques!
Mes semelles orthopédiques!

4 comments on “Comment gérer une blessure ?”

  1. Merci pour ton article ! Quand je pense que je me suis mise à la course il y a trois mois et que j’ai ressenti des douleurs au genou gauche hier… C’est un peu frustrant car c’est la première fois que je suis aussi motivée ! Sans doute ai-je trop forcé et augmenté les fréquences/distances en trop peu de temps. Si ça me reprend, j’irai voir un podologue 🙂 En tout cas, ton blog est super chouette !

    1. Merci pour ton commentaire, ça fait tjs plaisir! Il n’est pas anormal de ressentir des douleurs de temps en temps. Après si cela persiste, n’hésites surtout pas à aller voir un podologue, j’ai « découvert » ce metier et pour nous runners, c’est une visite je pense indispensable pour prévenir ou soigner tout problème articulaire. Et n’hésites pas non plus à y aller doucement dans ta progression! Bon courage!

  2. Je découvre par hasard ton blog et quelle bonne surprise !
    En lisant cet article je me retrouve totalement ! Je suis actuellement en arrêt pour les mêmes raisons évoquées dans l’article. Comme tu le dit, dans la blessure, il y a une grande part de mental, et au final c’est ce qui a de plus dur. Frustration compelt ! Et surtout gros stress. Je me suis inscrite à un semi (mon premier!) en octobre et j’ai bien peur de ne pas être totalement remise pour commencer la prépa… Après plusieurs recherches, articles, j’ai bien l’impression que les semelles sont un peu le kit de survie des runners… J’espère quelles vont à mon tour soulager mes genoux…

    En tout cas ce blog est une belle trouvaille 🙂

    1. Merci pour ton commentaire, c’est super plaisant! Je suis d’accord avec toi, les semelles sont très utiles à bon nombre de runners!
      Bon rétablissement à toi et j’espère que tu pourras courir ce semi en Octobre! Reprise en douceur et ne lâche rien 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :