Les limites des programmes fitness sur internet!

Cela fait plusieurs semaines que je me documente sur les programmes minceurs/fitness/bikini/au top pour cet été. Impossible de passer à côté. Que ce soit sur Instagram, Facebook ou sur la toile, tout le monde en parle!
Ces programmes, visant essentiellement le lectorat féminin, font fureur auprès de femmes, plus ou moins jeunes, plus ou moins sportives, plus ou moins préparées…

Je ne suis pas coach, je ne suis pas athlète de haut niveau, mais en tant que sportive (et femme accessoirement) j’ai tout de même un avis sur le sujet.

 
En quoi consistent ces programmes ?
Pour celles et ceux qui seraient passés à côté de cette mode bien présente sur les réseaux sociaux, il s’agit de différents programmes de remise en forme – on peut même dire minceur – créés par des coachs, pour perdre du poids, tonifier et affiner sa silhouette, préparer son corps à l’épreuve du bikini… Bref en soit plein de bonnes raisons (dé)motivantes !!
Mais quand on regarde d’un peu plus près ces programmes (payants et pas hyper donnés je trouve) ce sont de vraies machines de guerre. J’entends par là, des guides complets et très contraignants qui – si on est peu, voire pas sportifs – peuvent s’avérer dangereux et entraîner un risque de blessure. (Même si en bonne et dûe forme, les coachs préviennent que ces guides ne sont pas adaptés aux personnes non sportives.)
Par exemple, pour le programme mondialement connu de la jeune coach australienne Kayla Itsines, le nombre de séances du programme évolue au fil des semaines. Au début, comptez 2 à 3 séances de renforcement musculaire, 2 à 3 séances de LISS (travail cardio) et une séance d’étirements/stretching. En gros si on calcule bien, une séance par jour. Ok elle précise que certaines séances sont facultatives. Mais cela ne concerne que les 4 premières semaines du planning, qui s’étale sur 12 semaines au total. A partir de la semaine 5 on passe à 4 à 5 séances de cardio et je n’ose même pas vous parler des semaines 9 à 12, où là il faut faire du sport matin et soir, tous les jours de la semaine. En gros, vous pouvez tirer un trait sur votre vie sociale. Il en est de même pour Sonia Tlev, coach française, qui a son propre guide, certes moins cher, mais toujours payant. Il s’agit également d’un programme de 12 semaines basé, comme son homologue australien, sur du renforcement musculaire, du cardio et des étirements. Ce dernier est déjà un peu moins contraignant puis que vous n’avez que 3 séances de renforcement musculaire et 2 de cardio! OUF!! Ou sinon vous avez le dernier en date, clairement ciblé : « Mon petit bikini Beach Challenge » qui en seulement 20 min par jour vous aidera à modeler votre silhouette. La durée du programme n’est pas précisée, mais j’imagine sur plusieurs semaines! J’ai fait le tour des plus connus et/ou des plus récents, mais je ne doute pas que d’autres fassent leur apparition.

pompes_eug_Fotor

 
Des programmes complets …
Alors oui en soit c’est une idée intéressante car elle permet aux femmes (et j’espère aussi aux hommes) de faire du sport chez elles, quand elles le souhaitent. Il est vrai qu’un abonnement à une salle de sport ou des cours personnalisés avec un coach restent un budget non négligeable. Il s’agit là de programmes sérieux, bien expliqués (attention toutefois à bien comprendre l’anglais pour la version australienne, car même s’il y a des schémas, la partie explicative est tout aussi importante), et qui visent à respecter un mode de vie « healthy » (si on ne part pas dans les extrêmes). Et si on passe outre la tonne de photos « avant/après », des abdos, des cuisses ou des fesses impossible à éviter sur les réseaux sociaux et l’hypersexualisation du corps féminin, oui pour moi il s’agit d’un bon moyen pour motiver toutes celles et ceux qui souhaitent se muscler et affiner leur silhouette. Une réelle communauté s’est créée autour de ces programmes, et je trouve quelque part bien que les personnes puissent se motiver entre elles et se soutenir. Je m’arrêterai là pour le côté positif « communautaire ». Car pour moi il n’y pas que des bons côtés.

 
… mais « too much »
Au delà des points positifs que ces programmes apportent, je trouve qu’on est dans l’excès. Se comparer aux autres, montrer son corps parfait au détriment des autres est une attitude malsaine selon moi. On fait du sport pour soi, avec nos propres objectifs : inutile de compliquer la tâche en se comparant tout le temps aux autres. Il s’agit d’un effet de mode qui peut s’avérer culpabilisant et clairement démotivant pour certaines personnes. Tout le contraire de l’objectif premier recherché. Car lorsqu’on voit le corps parfaitement sculpté des coachs ou les résultats sur les autres femmes on se dit « oui ça fonctionne! Alors pourquoi pas sur moi aussi ? »

Effectivement, pourquoi pas nous ?

Dans une société comme la nôtre où chaque partie du corps est minutieusement scrutée, où chaque jour on assiste derrière nos Smartphones à une explosion de photos de femmes hyper bien proportionnées, pour ne pas dire « bien foutues » (photoshopées?), comment ne pas être tenté(e) ?
On nous rappelle tous les jours qu’il faut faire du sport (pour se sentir bien et/ou pour perdre du poids), manger équilibré, ne pas boire d’alcool ect… Et ces guides apparaissent un peu comme la solution miracle.
Mais ce que ces programmes ne mettent pas assez en avant c’est l’aspect ultra (ultra) contraignant. Du sport tous les jours ou presque au début, du sport tous les jours voire matin et soir dans les dernières semaines, non seulement notre vie sociale est mise de côté (pendant 12 semaines si vous suivez le guide à la lettre, ce qui est tout de même long, vous risquez de perdre quelques amis), votre corps peut être mis en danger à trop tirer sur la corde mais en plus de ça, où est le plaisir ? Faire du sport pour faire du sport n’est pas la solution. Votre mental ne suit pas, le corps se fatigue et hop, on décide de faire une pause ou d’abandonner, car on ne se sent pas à la hauteur. En effet, lorsqu’on suit les comptes des coachs, on ne parle pas des nombreux abandons, des remises en question auxquelles ont dû faire face certaines femmes. Ce n’est pas parce que vous ne parvenez pas au bout de chaque exercice, ou que vous sautez une séance qu’il faut se démoraliser et se dire qu’on n’y arrivera pas. Chaque femme, chaque corps est différent. Le tout est de se connaître, d’y aller progressivement et d’éprouver du plaisir à faire du sport.

Arrêtons de prendre en photos nos abdos, nos fesses et autres! (credit photo shutterstock©)
Arrêtons de prendre en photos nos abdos, nos fesses et autres! (credit photo shutterstock©)

 
Ce que j’en pense (et cela n’engage que moi!)
Avant de suivre ce genre de programme, commencez par faire un point sur votre condition physique. Demandez vous également pourquoi vous souhaitez suivre ces entraînements et surtout si oui vous êtes prêt(e)s à faire autant de sacrifices dès les premiers jours.
Faire du sport, c’est bien, même très bien. Se dire qu’on a 2-3 kilos à perdre, c’est normal on est toute pareil (en est-il de même chez les hommes ?) mais de là à s’astreindre tous les jours ou presque à ce genre d’entraînements alors que la semaine passée vous ne courriez pas plus de 30 min dans la semaine (et ne vous méprenez pas c’est déjà un bon début) je trouve ça trop.
De plus le fait de jouer sur les photos « avant/après » complexe davantage ceux qui souhaitent se mettre au sport et/ou démarrer ce genre de programmes. Car même si les effets au terme des 12 semaines sont significatifs, il ne faut pas s’arrêter en chemin et surtout les résultats ne sont pas visibles dès les 1ers jours. Il faut persévérer dans un domaine où peut-être vous êtes encore novices, et continuer tout au long de l’année. Ce n’est pas parce que vous aurez suivi le programme au pied de la lettre qu’il vous suffira d’arrêter une fois les 12 semaines terminées.
Selon moi, les exercices proposés nécessitent un encadrement lorsqu’on les effectue, et peut-être un avis médical selon le passé de chacun(e). Du moins pour la ou les 1ères séances. Faire des squats, des pompes, des abdos demande une (bonne) position à adopter afin d’éviter de se faire mal et de mal faire! Encore une fois, je parle pour des personnes qui débutent dans ce domaine. Mais étant donné que ces guides sont accessibles en quelques clics, chacun est libre de commencer quand il veut ces programmes, sans réel suivi.

Pour conclure, je ne pense pas que ces programmes soient mauvais, enfin pas dans leur globalité.
Points + : ils nous poussent à faire du sport, à vouloir se muscler, tonifier/sculpter sa silhouette. Le problème n’est pas là.
Points – : il ne faut simplement pas tomber dans l’extrême et être conscient que nous sommes tous et toutes différent(e)s et que chacun peut s’essayer au sport de multiples manières, toutes aussi efficaces, voire plus.
La réussite d’un tel programme, est selon moi, basée sur l’écoute et la connaissance de son corps et sur le plaisir.

Sport, fun et plaisir!
Sport, fun et plaisir!

Si vous avez tenté l’un de ces programmes, ou un autre dont je n’ai pas parlé, je suis preneuse de vos ressentis, impressions. N’hésitez pas à me laisser un commentaire!

Et surtout n’oubliez pas de vous faire plaisir avant tout! #sportetplaisir

Laisser un commentaire

This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

%d blogueurs aiment cette page :